Un homme d’affaires britannique dont l’entreprise figure parmi les plus performantes en ces temps de récession a appelé la coalition à réduire les impôts des entreprises et des travailleurs au cours de la seconde moitié de son mandat. Larry Gould est PDG de thebigword PLC entreprise de services linguistiques qui réalise 15 million de minutes d’interprétariat traduit 34 millions de mots chaque mois et occupe la 13ème place mondiale dans son secteur.
thebigword a été désigné comme l’un des meilleurs acteurs de la récession par la société de services professionnels et de conseils Deloitte qui affirme que « sa contribution à la prospérité du Royaume-Uni est exceptionnelle. » En 2007 Larry Gould a mis au point une approche innovante face à la crise qui se profilait. Il a interdit l’emploi des mots « récession » et « crise économique » dans ses bureaux et a demandé à son personnel d’arrêter de lire regarder et écouter les actualités économiques peu réjouissantes. Au lieu de cela il a affirmé à son équipe qu’elle travaillait au sein d’une « bulle prospère » et que même si l’économie baissait de 20 % cela laissait encore une marge de 80 %. Fin 2008 thebigword avait connu une croissance de l’ordre de 57 % et un chiffre d’affaires qui s’élevait à plus de 20 millions de livres sterling.
En 2012 le chiffre d’affaires de l’entreprise dépassait 40 millions de livres sterling et son personnel comptait plus de 500 employés. Cette année la société vise une place au sein des dix plus grosses entreprises mondiales. La croissance sera appuyée par l’investissement dans le personnel et la technologie mais Larry Gould pense également que le gouvernement a un rôle à jouer.
« Le niveau actuel d’imposition que subissent les entreprises comme les salariés est un frein énorme à la croissance » affirme Larry Gould. « Le gouvernement demande aux entrepreneurs de prendre des risques avec leur richesse afin de créer de l’emploi puis en déduit la moitié en impôts. Même les ménages aux revenus modestes paient beaucoup trop d’impôts personnels. La moitié du mandat de la coalition doit servir d’opportunité afin de traiter ce problème et de prendre les mesures radicales qui encourageront les employés et les entreprises à connaître la croissance. »